Une Kawasaki W650 custom, à l'image de Gentlemen's Factory...

Une Kawasaki W650 custom, à l’image de Gentlemen’s Factory…

Ce n’est pas la 1ère fois que Laurent, l’un des 3 fondateurs de Gentlemen’s Factory, m’envoie des photos, loin de là, mais d’habitude il se contente de me faire parvenir de belles images et basta, à moi de raconter l’histoire qui va avec. N’allez pas croire que ça me dérange, j’adore ça, raconter les histoires. Toutefois, il semblerait que l’idée de nous présenter sa Kawasaki W650 fraîchement customisée l’est grandement inspiré, aussi pour une fois je vais lui laisser la parole…

“On s’était donné RDV samedi avec Bruno, pour prendre les photos de la dernière moto à l’effigie de notre marque, une prépa réalisée de concert avec Guillaume de Comete Moto juste avant qu’il ne déménage de nos bureaux. Le lieu choisi : des courts de tennis abandonnés et aux grillages éventrés, en Belgique, un environnement étrange mais néanmoins esthétique, je souhaitais en tout cas éviter les sempiternels garages, parkings, et autres friches industrielles, proposer quelque chose de différent…

J’ai bien pris soin de nettoyer la meule avant, car on a crié haut et fort que cette Kawasaki néo vintage était rageuse sur route et agile dans la boue, une machine tout terrain (bistro, resto, apéro et rodéo !), et pour cause : on l’a testée dans le sable, la glaise, le schiste, le gravier… Le malt et le houblon ! Mais à peine arrivé à la Factory, notre garçonnière occasionnelle, Bruno en me claquant la bise m’annonce qu’un type a craché sur notre bécane, via des commentaires sur un blog dans un pays plus connu pour ses kiwis que pour ses 2 roues…

“Faire du dirt avec une W, c’est comme faire du surf avec une planche à repasser, une brèle dont il est impossible de soulever la roue avant même à 3 debout sur les cale-pieds… C’est pas une moto mais un motoculteur !”, signé un certain R. Tena. Entre nous, le type manque pas d’air, il porte le nom d’une serviette hygiénique pour incontinent !

Bref, malgré tout, il est hors de question après l’avoir lustrée comme ça de rouler sur autre chose que de la moquette, fini les cabrioles, la boue dans le calbut et la brosse à dents pour récurer les rayons ! “Ok ma gaufrette”, me fait Bruno, “Mais on peut peut-être quand même taper 2-3 wheelings, nan ? Sors ton appareil, on fait ça ici, on poste le cliché puis on part faire les photos pour UPDLT.”

Et on l’a fait. D’abord 1 fois, puis 2, puis 3, et après c’est parti en sucette… On a appelé notre associé Pascal pour qu’il essaye, et son verdict est sans appel : “On peut faire du BMX avec cette moto, un vrai vélo !” Après je ne sais plus vraiment, je me souviens qu’un type est venu nous dire que son jardin n’était pas une piste… Putain, c’est grand chez lui !

On a alors quitté la ville en passant par les “Moulins de Paris” le long du canal, c’est beau un été qui s’éteint et s’habille de rouges et de bruns… Mais en parlant de brin, en moins de 15 min on s’est retrouvé les Dunlop Trailmax dans 20 cm de gadoue, les amortisseurs de Sportster au taquet, les clignotants Wrenchmonkees noyés, et les filtres K&N crachotant de la paille ! Enfin, c’est bon les bains de boue, y a des filles qui adorent ça (voir certaines chaînes du câble…).

Emporté qu’on était par notre enthousiasme, on en a même oublié notre dress code pour faire la pub de notre site au passage… Bref, les images parlent d’elles-mêmes, on s’est bien éclaté ! On remercie donc R. Tena pour ses commentaires, grâce à lui on s’est prouvé une fois encore que cette W650 est décidément d’une robustesse incroyable et d’une agilité sans pareil.

Que dire de plus au sujet de cette bécane ? La selle sur mesure est restée impeccable à l’assaut des mottes de terre, notre réservoir de VanVan superbement personnalisé par Bruno n’a pas bougé, et les chromes repeints en époxy noir sont plus faciles à nettoyer. Petit message personnel à l’attention de Guillaume, de Comete Moto : les fixations de clignos ont bien résisté, et le bac à batterie percé et aéré est top, l’eau ne stagne pas et rien ne chauffe !

Pour le reste : fourche rabaissée à l’avenant des amortos, sticker sur le garde-boue en guise de plaque d’immatriculation, feu, phare et clignos plus discrets, plus de compteur, plus de matériaux lourds, plus de superflu… Elle est comme une tranche de jambon sans la couenne, allégée à donf ! Avec une admission bien réglée et un échappement libéré, elle nous renvoie à nos 14 ans, et ça c’est bien dans l’air du temps…”

Une bécane de sales gosses quoi ! “Bratstyle”, littéralement, une vraie tendance en effet.

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978 et ayant depuis peu un pied en Belgique, chevauchant une FZ 750 stock depuis qu'il a été contraint de se séparer de sa W650 custom, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", web monkey de métier, apporte sa modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

601 articles publiés par cet auteur

Un avis, une question, une réaction ?