Triumph T120 Black : la Bonneville des gentlemen à l'essai...

Triumph T120 Black : la Bonneville des gentlemen à l’essai…

Dans la famille des nouvelles Bonneville, après la petite et espiègle Street Twin, j’ai testé la grande sœur distinguée : la Triumph T120 Black !

J’avais été assez emballé par mon essai de la Street Twin, j’étais forcément curieux de tester la nouvelle Triumph T120 Black. Cette mise à l’épreuve se sera déroulée en 2 temps : d’abord en solo histoire de prendre quelques photos, et puis en duo à l’occasion de notre dernier rasso. Avec une telle poignée de maintien et une selle aussi accueillante, l’idée de recueillir pour une fois l’avis d’une passagère était forcément tentante. Mon sac de sable préféré ne s’est pas fait prier, et ne l’a pas non plus regretté !

Rendez-vous était donc pris chez Triumph Lille pour y récupérer une T120, Black en l’occurrence, et quelques jetons de lavage. Oui, cette nouvelle gamme rencontre un tel succès, que les mecs font presque la queue pour l’essayer même quand il fait mauvais ! Résultat : un détour par la station la plus proche pour la passer à l’eau n’était pas de trop avant d’envisager des photos. Et comme il fallait bien la faire sécher… Forcément on est allé rouler !

Par temps sec et seul d’abord, le contexte était idéal pour la titiller un peu. J’avais été nettement séduit par le, tout nouveau, bicylindre de la 900, eh bien le 1200 lui aussi offre un bel agrément ! Oubliez l’ancienne génération de Bonneville, bien jolies mais aussi bien “gentilles”, ici les accélérations et les reprises sont clairement plus franches. Sur le papier ce bloc est réputé offrir 54 % de couple en plus, par rapport à son prédécesseur refroidi par air, on sent en tout cas bien la cavalerie débarquer à 3000 tr/min. Un troupeau de pur-sang ? Je ne dirais pas ça, mais pour sûr il y a là plus qu’une poignée de poneys asthmatiques, et la catégorie ne nous a pas habitués à ce genre de performances. Épaulé par une boite 6 vitesses plutôt rapide et précise, ce twin entièrement revu et corrigé et calé à 270° distille un vrai plaisir de conduite.

Ce nouveau moteur n’est pas seulement expressif, il est aussi très bien fini et le reste est à l’avenant sur cette Triumph T120 Black. Certains détails sont plus flatteurs sur ce modèle d’ailleurs, que sur celui testé précédemment, les très beaux compteurs notamment. En revanche, je ne suis pas fan perso des injecteurs qui reprennent la forme de carburateurs, ces faux Amal ne trompant pas grand monde et ayant un coté anachronique sur une machine aussi néo-rétro, à mon humble avis. Par contre câbles et durites sont très bien planqués, les traitements de surface impeccables, le catalyseur invisible et le radiateur plutôt discret, d’autant que les ailettes sur les cylindres ont été conservées… Du beau boulot.

On sent surtout que cette moto a été pensée pour le confort, y compris en duo. Outre une position des plus naturelles et une selle plutôt accueillante, vous avez sans doute remarqué la poignée de maintien pour le moins imposante. L’ensemble a comblé ma passagère qui ne s’était pas sentie aussi à son aise depuis longtemps. Bonne nouvelle pour les célibataires par contre, ou ceux simplement trop offusqués par le préjudice esthétique provoqué par cet arceau : il est simplement boulonné et peut donc parfaitement être démonté.

A différents niveaux on voit bien, avec cette Triumph T120, la volonté de la marque de produire une machine agréable à vivre. Béquille centrale, prise USB… Les aspects pratiques n’ont pas été oubliés. Notez aussi, par exemple, que de série des poignées chauffantes sont installées, et très discrètement intégrées.

Qui dit moto confortable dit suspensions souples en général, et Kayaba qui fournit la fourche et les amortos ne fait pas mentir l’adage. Pour autant la partie cycle n’a rien de déroutante. En courbe, en virage ou dans les ronds-points, le comportement de cette bécane reste très sain. Sans parler d’attaque elle autorise de belles prises d’angle en toute confiance, d’autant que son freinage Nissin, à double disque à l’avant, est parfaitement efficace et ne manque pas de mordant.

Quelle conclusion tirer de tout cela ?

Avec son style classique, ses pattes de phare enveloppantes, ses pots “saucissons”… Même remise au goût du jour avec un moteur et des jantes noirs, une déco gris mat et une selle marron, la Triumph T120 Black reste typiquement british, la moto du gentleman par excellence. Un genre un peu sage pour moi mais qui a ses aficionados, et bonne nouvelle pour eux celle-ci est parfaite pour le duo. Avec sa dernière conquête ou avec sa moitié, le plaisir peut ainsi être partagé, d’autant qu’elle se conduit vraiment comme un vélo.

Surtout, sous ses airs tranquille et distinguée, sur le plan de l’agrément la belle est en net progrès ! On ne s’ennuie pas. Et même si la partie cycle amène une conduite plutôt coulée, les accélérations et les reprises sont bien là. Preuve que l’on peut produire une bécane qui respecte la norme sans pour autant être chiante ou paraître complètement étouffée. Reste que du coup celle-ci consomme significativement moins que l’ancienne génération, un bon point également, a fortiori en ce moment avec l’essence qui vient à manquer du fait de raffineries à l’arrêt…

Confortable, joueuse, pratique, jolie et très bien finie, j’ai eu un peu de mal à trouver des défauts à cette nouvelle Bonnie. Le mieux pour vous faire une idée, c’est encore d’aller vous-mêmes l’admirer et la tester… Pour ma part, je remercie à nouveau Triumph Lille pour cet essai !

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978 et ayant depuis peu un pied en Belgique, chevauchant une FZ 750 stock depuis qu'il a été contraint de se séparer de sa W650 custom, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", web monkey de métier, apporte sa modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

594 articles publiés par cet auteur

6 commentaires

Ajouter un commentaire
  1. A propos de Lebulldog Debidart...

    Bonjour,
    Super test.
    Petite question, sans parler du style, et pour comparer juste l’agrément de conduite par rapport à un Sportster 1200 :
    Qu’est-ce qui à ton avis donne le plus la banane ?

  2. A propos de Susokary...

    Franchement, dur à dire.
    Objectivement ce sont des machines très différentes sur ce plan, donc ça serait surtout une question de goût à mon avis.

    Mon impression c’est que ces nouvelles Bonnie sont incontestablement plus efficaces (j’attends encore de tester la terrible Thruxton…).
    Mais elles sont aussi plus souples et plus linéaires, alors certains pourraient préférer les vibrations et le coté “hot rod”, plus agressif du Sportster quand il est bien mené.

    Cela dit, d’origine les dernières Harley sont quand même vachement étouffées, on sent que le moteur réclame de l’air et demande à s’exprimer !
    Ici ça n’est pas le cas, ça donne plus l’impression de tourner rond et ça tire vraiment bien sur les bras, mais globalement ça donne aussi le sentiment d’être plus civilisé.
    Là où les HD font à mon sens toujours plus “sauvages”.

    Voilà ce que j’en pense, perso, en espérant t’avoir aidé.
    Mais si je peux me permettre un conseil : n’hésite pas à essayer pour te faire ta propre idée !
    ;)

  3. A propos de Benloumax...

    Salut,
    J’ai craqué pour la petite Street Twin, top sur énormément de points comme dit dans ton essai.
    Seul vrai reproche (pour ma part) : le manque d’allonge.
    D’où ma question, n’ayant pu essayer encore la T120 : est-elle nettement au dessus de la Street Twin ?
    Je ne demande pas une comparaison des équipements ni du prix, mais bon, concrètement, c’est quoi la différence de sensation, maniabilité, agilité… ?
    Le poids supérieur de la 1200 se ressent-il dans son comportement ?

  4. A propos de Susokary...

    Salut Benloumax,

    Je te confirme que la 1200 offre un peu plus d’allonge, c’est indéniable.
    Mais en même temps ça reste limité et incomparable à un 4 pattes.
    Donc, si vraiment c’est un critère pour toi, pas sûr que la T120 réponde à ton besoin.

    D’autant que, comme tu le soupçonnes visiblement, le léger sur-poids par rapport à la 900 se ressent effectivement, raisonnablement.
    Clairement, même si la Street Twin n’atteint effectivement pas des régimes dingues et des vitesses folles, elle m’a semblé vraiment particulièrement dynamique.
    La 1200 aussi, mais un peu moins.

    En bref, à mon niveau j’ai préféré l’agrément de la “petite”, même si les 2 sont assez proches dans leurs comportements ; et donc, a fortiori vu la différence de prix, perso je resterais sur celle que tu as choisie.
    Maintenant, le mieux c’est peut-être pour toi d’essayer la “grande” pour te faire ta propre idée !
    ;)

  5. A propos de Afis...

    Bonjour,
    Super test qui donne bien envie.
    :)

    Petite question :
    Moi qui suis assez grand (1,90 m), la Bonnie ne me paraîtra pas trop petite une fois dessus ?
    Etant donné le peu de concessions dans le coin, il m’est difficile d’aller l’essayer…
    :(

  6. A propos de Susokary...

    C’est pas spécialement une petite moto, Afis, mais pas vraiment une grande non plus.
    Je serais tenté de dire qu’elle est, comme c’est souvent le cas, idéale pour les gens de taille moyenne, disons +/- 175 cm.
    Donc si pour toi c’est un critère incontournable, possible qu’elle ne te convienne pas.
    Mais à moins d’opter pour un gros trail routier…
    ;)

Un avis, une question, une réaction ?