Yamaha XT 600 scrambler : Freeride Motos donne vie à mon rêve d'ado !

Yamaha XT 600 scrambler : Freeride Motos donne vie à mon rêve d’ado !

J’en ai rêvé, Freeride Motos l’a fait. Presque 20 après, à peu de chose près la Yamaha XT 600 scrambler avec laquelle j’aurais aimé débuter…

L’année de la Coupe du monde (mais si, la fameuse, celle dont même ceux qui n’en ont “rien à foot” comme moi se souviennent : Gloria Gaynor, la France “black-blanc-beur”, et 1, et 2, et 3-0, tout ça, tout ça… Celle que le Brésil préférerait oublier, quoi !), j’attendais sagement d’avoir 21 ans pour passer le permis A. A quoi bon se précipiter, si c’est pour se retrouver limité à 34 ch ? Pas mal de petits cubes, 2 temps à l’époque, atteignaient quasiment ce niveau. Et en terme de rapport poids/puissance surtout, y avait pas photo ! C’est donc sur une Yamaha DT 125 que je tuais le temps, perso. Equipée supermotard et évidemment débridée, ça bombait et ça cabrait ! L’autoroute n’était pas sa tasse de thé, mais en revanche sur les petites routes d’Ardèche c’était parfait. Et à cette période c’est là que j’ai vécu justement, pendant un peu plus d’un an…

Bref, je ne vais pas vous raconter ma vie toute la journée. Tout ça pour vous dire qu’en ce temps-là, une fois le permis en poche c’est sur une 600 XT que je me projetais. L’aînée de mon piège d’alors, en gros, tout pareil chaussée en 17″ et équipée d’un frein avant bien costaud. Vous la voyez garée devant chez Joe, dans cette BD que je n’ai même pas besoin de nommer ? C’est donc avec une pointe de nostalgie que j’ai découvert la petite dernière de chez Freeride Motos, une Yamaha XT 600 scrambler comme sortie de mes rêves de post-ado.

“La commande est arrivée ici avec un cahier des charges assez précis. Cette moto devait être basse, pas trop bruyante, pourvue d’un porte-bagage et d’un démarreur… Surtout elle devait s’inspirer au niveau des lignes d’une Bultaco 125 Lobito, une machine habillée d’une monocoque incluant la selle, le réservoir et les caches latéraux.”

La création de cette pièce tout en fibre de verre ne fut pas une mince affaire ! Et son installation a nécessité de revoir le cadre dans sa partie arrière. D’ailleurs celle-ci intègre désormais comme prévu un porte-paquet, et même de quoi accrocher une petite sacoche Icon 1000 sur le coté.

“Le moteur est pour ainsi dire resté stock. Le silencieux provient d’une Honda 450 CRF de cross, et l’échappement s’est vu rajouter des chicanes pour limiter le bruit. La carburation a été réglée en conséquence du filtre mousse Uni. Et la transmission a été raccourcie.”

On imagine le moulin efficace et discret, et note également la partie cycle upgradée. A l’arrière, ce sont les organes d’une GasGas 450 FS qui ont été greffés : le moyeu, le frein, et puis le bras oscillant modifié, pour être accouplé à l’amortisseur White Power type PDS d’une KTM 350 SX-F. A l’avant, les tés de cette Yamaha XT 600 scrambler accueillent la fourche Showa d’une 600 CBR, et un axe sur mesure a permis d’adapter le moyeu d’une 600 XR. Ce dernier est relié par des rayons en inox à un cerclage Excel en alu de 3″5. Même chose à l’arrière, mais en 4″5. Quant au freinage avant, il est assuré par un disque France Equipement, un étrier estampillé Nissin et un maître-cylindre de la même officine.

“On a pris le temps de peaufiner les réglages, ceux des suspensions notamment. A l’arrivée on obtient un vrai petit supermotard en comportement. Sur le sec les Continental TKC 80 sont satisfaisants, et en offroad ils offrent encore plus d’agrément.”

Ils ajoutent aussi à l’allure de l’ensemble, par ailleurs embelli par un sabot moteur maison démontable, une selle signée Kabuki Sellerie en cuir véritable, des garde-boue en alu et une plaque phare Ufo, laquelle cache un compteur électronique Koso. Maintenu par des pontets Neken, le guidon S3 de 28.6 mm accueille une commande d’embrayage Bud Racing et un tirage Domino. Et en bout de guidon justement, c’est MotoGadget qui fournit les clignos. Les cale-pieds en alu montés à l’autre extrémité ? Prélevés sur une 450 CRF, et sur une KTM le sélecteur modifié. La pédale de frein, elle, est repliable comme le levier.

“Les roues et le châssis ont été recouverts d’époxy. Le bloc a été repeint et les carters polis. Et c’est une teinte "Midnight Blue" de chez Aston Martin qui a été choisie pour la carrosserie. Quant aux logos "Freeride" sur le bidon, ils ont été commandés chez RK Création.”

Hormis ce détail, et la selle en couenne de la région évoquée plus haut, toutes les étapes de cette réalisation ont été gérées chez Freeride Motos. Au final, on imagine que le propriétaire de cette Yamaha XT 600 scrambler est plus que content. Et surtout, il ne risque pas de croiser la même avant longtemps ! Je vous laisse en juger avec les photos de Sébastien Colombier

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978 et ayant depuis peu un pied en Belgique, chevauchant une FZ 750 stock depuis qu'il a été contraint de se séparer de sa W650 custom, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", web monkey de métier, apporte sa modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

601 articles publiés par cet auteur

2 commentaires

Ajouter un commentaire
  1. A propos de Robby One...

    Joli taf, très propre, mais trop moderne pour l’idée que je me fais d’un scrambler.
    J’suis un vieux, j’ai 60 piges, ça doit être pour ça.
    ;)

  2. A propos de JCD...

    Une belle réalisation, qui me rappelle les lignes de la X75 Hurricane ou de la Rickman Métisse, cette dernière ayant un réservoir séparé des caches.
    Ce qui me chagrine, c’est cette roue de 17″ à l’avant.
    A mon sens une 19″ serait mieux pour l’équilibre général.
    Mais comme d’hab’ ce n’est que ma vision.
    Bravo !

Un avis, une question, une réaction ?