Triumph Bonneville cafe-racer : la belle moto de Marco !

Triumph Bonneville cafe-racer : la belle moto de Marco !

Cette Triumph Bonneville cafe-racer aurait pu rester l’édition limitée d’origine qu’elle était, mais un accident a poussé Marco à la transformer…

Marco est passionné de moto depuis une 10aine d’années. Après un parcours scolaire classique il décide de se réorienter : la mécanique sera son métier. De garages en concessions il finit par atterrir chez Yamaha, où il est aujourd’hui chef d’atelier. Entre temps, il a fait ses armes sur une Buell préparée puis remise sur le marché, et une Ducati Monster S4RS légèrement modifiée avec laquelle il va tous les jours bosser. Quant à cette Triumph Bonneville cafe-racer, c’est d’un malheureux concours de circonstances qu’elle est née.

« A la base c’est une Bonnie de 2013, une "Special Edition" limitée à 70 exemplaires que j’avais acquise neuve. Il a fallu qu’un automobiliste me percute et prenne la fuite… Ce fut l’élément déclencheur d’un projet qui me tenait à cœur. »

Notre camarade bave en effet sur certaines prépas que le web offre à voir depuis quelques années. Et quand on lui demande qui l’inspire, Roland Sands, Kikishop Customs et Ed Turner Motorcycles sont les 1ers noms qu’il vient à citer. Pas tout à fait des bras cassés ! Je ne suis donc pas surpris que la machine qu’il nous présente ici soit aussi bien finie. On y va pour la liste des modifs ?

La boîte à air et le système anti-pollution ont été supprimés, au profit d’un échappement Arrow et de filtres BMC. Evidemment Marco a revu la carto. Il a également installé une batterie lithium-ion et un mano de pression. Voilà pour la partie mécanique, voyons maintenant la partie cycle avant d’aborder l’aspect esthétique. Des roues à rayons de T100 sont venues remplacer les jantes à bâtons de SE choisies par Hinckley. FX Wheels s’est chargé de l’adaptation d’un cerclage 18 pouces à l’avant, moyennant une rectification des rayons. Bitubo a fourni les amortos, et le contenu de la fourche la rendant réglable dans tous les sens. Niveau freinage, cette Triumph Bonneville cafe-racer bénéficie du maître-cylindre d’une Speed Triple. La position de conduite quant à elle est revue par l’intermédiaire de commandes reculées, chipées à une Thruxton, et d’un guidon ace bar retourné. On a vu le ramage, passons maintenant au plumage…

« Pour le look, j’ai adapté une bulle de Velocette, transpercée par un phare Marchal prélevé sur une Renault 5 TX. Avant de la peindre comme le reste, j’ai intégré à l’intérieur les voyants utiles et le compteur d’origine. »

Voilà qui procure indéniablement à son piège une touche racing rétro. Les surpiqûres rouges sur la nouvelle selle sont également l’œuvre de Marco. Elles font écho à la peinture du cadre et à ses p’tits trous de poinçonneur. Notre camarade a en effet perforé les carters de transmission et les ailettes du moteur. La pièce censée cacher le pignon de sortie de boîte a également été échancrée dans sa largeur, les garde-boue montés à l’usine raccourcis dans leurs longueurs. Pour le reste, First Racer a fourni le sélecteur, le bouchon pop-up du réservoir, et les déports de klaxon et de régulateur. Rizoma signe les cale-pieds, les embouts de guidon et les poignées, le rétro et les clignos. Tandis que la patte de contacteur, les soufflets de fourche et le feu arrière sortent du catalogue Bihr vintage. Le support de plaque lui est homemade.

A l’arrivée, un résultat qui ne révolutionne pas le sujet, mais une finition qui à mon avis par contre se place en haut du panier. C’est donc avec une certaine fierté que je vous annonce que cette Triumph Bonneville cafe-racer nous vient des environs de Cambrai, quelque part au sud du Nord-Pas-de-Calais. Il n’y fait pas toujours beau temps… Mais ma région a un incroyable talent. Bravo Marco, beau boulot ! Au passage, je remercie Kévin qui aura joué les intermédiaires pour me présenter cette moto, et Nikko qui nous aura gentiment confié ses photos.

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978 et ayant depuis peu un pied en Belgique, chevauchant une FZ 750 stock depuis qu'il a été contraint de se séparer de sa W650 custom, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", web monkey de métier, apporte sa modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

588 articles publiés par cet auteur

2 commentaires

Ajouter un commentaire
  1. A propos de Robby One...

    Superbe !
    Bravo, félicitations pour ce travail vraiment très propre et tous ces petits détails bienvenus.
    La tête de fourche hyper rétro est splendide, et le choix du rouge et du noir est gagnant à tous les coups (ce sont les couleurs que j’ai choisies pour ma Dyna en cours de transformation).
    J’aime les trous-trous partout, c’est facile à faire et ça rend bien.
    Chapeau mec, elle est presque trop belle !
    ;)

Ajouter un commentaire