Triumph 1050 Speed Triple cafe-racer : bad vibrations...

Triumph 1050 Speed Triple cafe-racer : bad vibrations…

Luttant contre l’avis de ses médecins et la maladie, Jean-François nous livre à la fois une Triumph 1050 Speed Triple cafe-racer, et une leçon de vie !

Presque chaque jour maintenant, ma boite mail accueille une nouvelle prépa. Et parfois les photos sont accompagnées d’une histoire que l’on doit lire 2 fois. Ce fut le cas avec cette Triumph 1050 Speed Triple cafe-racer dont souhaitait nous parler Jean-François. Cette bécane il l’a modifiée et l’enfourche encore aujourd’hui, alors qu’en 2010 on lui avait prédit qu’il ne saurait bientôt plus rien faire de ses 10 doigts…

« On m’a en effet diagnostiqué la maladie de Parkinson à un stade déjà bien avancé. Dès lors, on m’a recommandé de faire mon deuil de toute dextérité. J’aurais dû renoncer au surf, au skate, et surtout à la moto, les symptômes étant (et je ne vous ferais pas l’affront de vous expliquer le problème) principalement latéralisés à droite. Mais ils ne connaissent pas Raoul ! Malgré le message de ces oiseaux de mauvais augure, pas question de me laisser abattre. »

Notre camarade décide alors de mettre fin à 25 ans de carrière dans l’industrie pharmaceutique. En dépit du contexte, il trouve le courage de créer sa propre marque de skates, Park’s Skateboards (en référence à sa pathologie), et au passage sa 1ère micro-entreprise. La démarche rencontre un certain succès, notamment chez les distributeurs de la côte ouest qu’il se charge de réapprovisionner. Ces multiples déplacements entre les Landes et Biarritz lui donnent l’occasion de surfer. Et de penser à de nouveaux défis à relever ? Le voilà en tout cas qui se lance dans un nouveau projet, avec peut-être la création d’une 2nde entreprise à la clé.

« La Triumph 1050 Speed Triple cafe-racer que vous avez sous les yeux est le résultat de plusieurs étapes. En bon bricoleur du dimanche, j’avais sorti une 1ère version un peu à l’arrache. Mais le buzz généré par des photos partagées sur les réseaux sociaux m’a alors encouragé à reposer mes mains tremblantes sur cette moto. »

Conscient de l’aspect « moderne » de cette base, Jean-François n’envisage pas l’obtention de quelque chose de rétro. Pour lui, ce qui compte surtout c’est de respecter les fondements de la culture cafe-racer, d’en transposer l’esprit. Faire un maximum soi-même et améliorer les performances faisaient partie de son pari.

« De ce coté, on peut dire qu’on est aidé par Hinckley qui facilite grandement le débridage. En effet, une simple clé Allen de 3 mm permet de retirer une cale et de libérer 35 ch au passage ! La suppression du système anti-pollution, la ligne libérée (HP Corse ou Werkes USA selon la version), et les filtres K&N à l’admission permettent de grappiller encore quelques canassons. »

Au total, notre camarade a su gagner grosso modo 40 ch, et dans le même temps il a pu se débarrasser d’une petite 15aine de kilos. Sa méthode ? Un régime à base d’alu, matériau qu’on retrouve en plusieurs endroits sur sa moto : au niveau du fond de selle, des platines de repose-pieds, des écopes de radiateur ou encore des caches latéraux. Tandis que la coque monoplace et les garde-boue minimalistes, aussi homemade que le reste, sont eux fabriqués en fibres composites.

« Evidemment d’emblée le guidon a été remplacé, et plus récemment j’ai installé des clignos Motogadget de part et d’autre des bracelets. »

Personnellement cette ultime version m’a le plus séduit, selon moi c’est la plus aboutie, avec son lettrage rehaussé de rouge et sa selle et ses poignées assorties. Qui d’autre est de mon avis ?

« Malgré les prédictions des médecins et mes compétences limitées, je suis visiblement parvenu à créer une machine qui plaît. A chacun de mes déplacements je suis abordé par des curieux que cette bécane a attirés. Et quand ce sont les gendarmes qui m’interpellent pour examiner l’engin en détail, l’appareil photo de leurs iPhone remplace avantageusement le carnet à PV ! »

Pour sûr Jean-François, tu peux être fier de toi. Tu aurais pu trembler dans un coin sans faire de vagues, comme certains ont cru bon de te le conseiller… Au lieu de ça tu as choisi de continuer à surfer, au propre comme au figuré, l’Atlantique comme la tendance, pour un résultat qui force le respect. C’est peut-être un petit pas pour la culture custom, mais un beau pas pour ce piège racerisé, et au passage surtout une vraie leçon de vie délivrée. Bravo pour cette Triumph 1050 Speed Triple cafe-racer que j’aimerais moi-même « piloter » !

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978 et ayant depuis peu un pied en Belgique, chevauchant une FZ 750 stock depuis qu'il a été contraint de se séparer de sa W650 custom, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", web monkey de métier, apporte sa modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

586 articles publiés par cet auteur

Un avis, une question, une réaction ?