Mash Five Hundred : le sympathique scrambler rétro d'Alban...

Mash Five Hundred : le sympathique scrambler rétro d’Alban…

La “grosse” Mash avec son style classique s’envisage volontiers à la mode vintage. Alban a transformé la sienne en un scrambler rétro, du beau boulot.

Depuis la (triste…) disparition de Voxan, je ne crois pas me tromper en disant que la moto française aujourd’hui, c’est Mash, Avinton et Midual. Et avec mon salaire de sous-fifre, vous ne serez sans doute pas surpris de lire que de ces 3 démarches industrielles c’est la 1ère qui m’interpelle le plus. Son nom est pour le moins incongru ("500" pour une 400 cm3 !?), mais la Mash Five Hundred n’en dispose pas moins d’arguments, à commencer par un prix défiant toute concurrence, celle de la Yamaha SR fraîchement réimportée notamment. Le style et la conception sont relativement classiques, laissant envisager beaucoup de possibilités en matière de customisation, et la marque a poussé le concept jusqu’à lui greffer un kick, semant volontiers la confusion. Au yeux des néophytes, cette machine pourrait bien passer pour une authentique ancienne.

C’est d’autant plus vrai dans le cas d’Alban qui a pris le parti de renforcer son coté vintage, et de donner à sa Mash Five Hundred de faux airs de scrambler rétro. De loin, avec son guidon de cross old school Tommaselli et ses pneus Heidenau K60 à tétines, sa selle marron et sa robe British Racing Green, le commun des mortels la prendrait volontiers pour une vielle anglaise tout chemin ! Du garde-boue alu au mini-rétro, des poignées Biltwell au petit feu arrière en passant par la grille sur le phare, une sélection d’accessoires donne encore de la cohérence à l’ensemble. Du beau boulot, et le tout pour un budget qu’on imagine contenu.

“La peinture de la carrosserie a été confiée à mon pote Yannick, la sellerie en cuir à Ol’Timer, et le reste de la préparation à Motor Service.”

Avec un pignon de 14 dents et des sorties tapered à l’échappement, ce scrambler rétro sur base de Mash Five Hundred a retrouvé la patate et la sonorité des brèles d’antan. Allez Alban, gaz en grand !

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978 et ayant depuis peu un pied en Belgique, chevauchant une FZ 750 stock depuis qu'il a été contraint de se séparer de sa W650 custom, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", web monkey de métier, apporte sa modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

594 articles publiés par cet auteur

7 commentaires

Ajouter un commentaire
  1. A propos de Loic...

    Je réagis à la phrase : “je ne crois pas me tromper en disant que la moto française aujourd’hui, c’est Mash, Avinton et Midual.”
    Mash est une moto 100% chinoise, faite avec les consignes de l’importateur français.
    Avinton, ok, même si le moteur est ricain.
    Et Midual n’a encore rien à vendre, pas plus en tout cas que la Brought Superior de Boxer Design.
    Surtout tu oublies le plus sérieux (car il vend des milliers de motos chaque année) : c’est Sherco, à Nîmes, un véritable constructeur français !

  2. A propos de AnDroKtoNe...

    J’adore la peinture, mais moins l’absence de garde-boue.
    Le seul truc qui “flashe” et nous fait nous dire qu’elle est récente, c’est le frein à disque à l’avant.
    :)

  3. A propos de Susokary...

    Merci pour l’info Loic.
    Je t’avoue que j’étais déjà au courant pour Mash, il n’y a guère que la marque qui soit française.
    Mais ça vaut pour tellement de domaines maintenant, le made in France est devenu l’exception…
    A l’heure de la mondialisation on ne se fait plus d’illusions, et avec leur positionnement low cost au moins je pense qu’ils ne prennent pas les gens pour des cons.

    J’accepte d’ailleurs plus facilement la délocalisation dans un cas comme celui-là que dans celui de Ruby par exemple, qui malgré une fabrication sous-traitée dans un pays à bas coût proposait ses casques à un prix très haut de gamme, et axait toute sa com’ sur Paris, le luxe à la française, etc…
    Bref.

    En revanche j’avais effectivement zappé Sherco !
    Sans doute du fait de ma carence en culture off-road, mea culpa.
    Merci pour le correctif donc.
    ;)

  4. A propos de Flam...

    Après ça reste une marque française, même si la fabrication est chinoise le concept est bon !

  5. A propos de Faes Cortes...

    Bonjour,
    Je serais intéressée par cette grille de phare, pourriez-vous m’indiquer où je pourrais me la procurer ?
    Salutations,
    Elie

  6. A propos de Stéphane Ramond...

    Mash est bien français, mais juste de nom.
    La moto existait déjà en Chine sous une autre marque, et était déjà exportée vers d’autres pays sous encore d’autres noms !

Un avis, une question, une réaction ?