70's Cycle Run : 126 images du "Classic Sprint" 2018 !

70’s Cycle Run : 126 images du « Classic Sprint » 2018 !

Le « Classic Sprint », un évènement organisé en Belgique par une bande de copains baptisée « 70’s Cycle Run », vous connaissez ? Allez, enfilez vos casques, je vous y emmène…

Vous connaissez le Glemseck en Allemagne, où s’affrontent dans des runs d’1/8 de mile des bécanes de folie ? Oui, ben moi aussi. Il y a un moment je découvrais l’existence de cette manifestation, et je me disais alors que j’irais bien y faire un tour un de ces jours. Et puis, par une belle journée de septembre il y a 5 ans, j’ai ouï causer du 70’s Cycle Run, une sorte de Glemseck belge organisé du coté d’Eeklo ; plus abordable et moins élitiste je pense, mais ceci n’est qu’un préjugé totalement gratuit, puisque je n’ai jusqu’ici jamais mis les roues à Leonberg. Je ne base cet avis purement subjectif que sur les photos que j’ai pu en voir, et désire toujours m’y rendre un de ces quatre pour juger de visu.

Quoi qu’il en soit, les deux grands philosophes que sont Joey Starr et Kool Shen au moins avaient raison : « C’est arrivé près d’chez toi, ouais, presque sous ton nez, cesse de prendre cet air étonné… » ; pas la peine de parcourir 600 bornes quand la même chose grosso modo semble se dérouler à 30 km de chez soi. Cet évènement, donc, n’est pas organisé par un club officiel mais plutôt par un groupe d’amis passionnés de motos, particulièrement des années 70. Et outre le « Classic Sprint » dont je vais vous parler ici, ils proposent également une fois l’an une journée piste à Croix-en-Ternois.

C’est Steven, de Motokouture, qui m’a parlé de ce bon plan la première fois que je me suis rendu à son atelier. A l’improviste, parce que je passais dans le coin, nous étions alors restés à discuter un peu tard par rapport à l’heure de fermeture de son magasin… Et le lendemain, je recevais sur Facebook un message du genre : « Il y a un groupe de personnes qui font bouger les choses sans trop se prendre au sérieux, et qui organisent des sprints non loin de Bruges, ça devrait te plaire ! » ; et voilà, on a sauté sur la Grosse Bertha pour se rendre à Eeklo.

Sur place, on a de suite flairé un mélange de passion et de décontraction. L’équipe du 70’s Cycle Run ferme une portion droite du périphérique local, avec l’accord de la ville évidemment, ils installent un « arbre de Noël » comme on en voit sur les lignes de départ des courses de dragsters, et puis lancent les pilotes deux par deux sur 400 m. Y a pas plus simple.

C’est vraiment organisé à la cool, ce qui rend l’évènement encore plus attachant. Pour les participants par exemple, pas de préinscription nécessaire. Il suffit de se pointer à partir de midi (nickel pour les lève-tard comme moi…), de payer son inscription en arrivant, et on vous file alors un numéro qui sera le vôtre pour la journée. Les courses commencent à 13H00, mais vous pouvez vous faire enregistrer jusqu’à 15H00 (pratique si vous avez eu un samedi soir difficile…). A la cool, je vous dis ! Pareil pour ce qui est des catégories, pas de prise de tête : il n’y en a que deux, plus ou moins de 600 cm3.

Et comme il n’y a pas d’élimination directe au début, vous pouvez enchaîner les runs, sachant que votre meilleur temps sera utilisé pour vous placer au moment des finales. Du coup, ceux présents assez tôt peuvent faire un paquet de tentatives ! Dans cette phase de « chauffe » il n’y a pas non plus d’adversaires désignés. Par conséquent, après vous être frayé un chemin vers la zone de départ, parmi les spectateurs rassemblés autour pour admirer les machines, soit vous vous placez seul dans une file, pour vous mesurer à un gars ou une fille de la file d’à coté, soit vous y allez carrément deux par deux entre potes, c’est comme vous voulez ! Elle est pas belle, la vie ?

Au moment des finales, par contre, les affrontements commencent ; et le meilleur temps de la journée n’est pas assuré de gagner. En effet, malgré vos performances préalables un concurrent peut toujours vous bouffer le coup d’après. Tandis qu’il faut impérativement finir devant son adversaire pour ne pas être sorti !

Si les bécanes des années 70 sont omniprésentes, il semble que celles des années 80 notamment sont aussi acceptées. Et peu importe la taille ou le style ! Du petit Solex rincé à la grosse CBX 6 cylindres hyper préparée, et au feulement envoûtant, en passant par des TZ et des Kreidler ex-usine, j’ai vu de tout défiler sur cette piste improvisée, et c’est ça que c’est bon. Racers, trackers, bobbers, scramblers, rats, side-cars, mobylettes, scooters, même des motos stock ou à l’inverse des trucs difficilement définissables, des 2 temps et des 4 temps, des monos, des twins, des trois pattes… Jusqu’aux 6 cylindres comme évoqué à l’instant ; bref, un joyeux bordel de tout ce qui existe à 2 ou 3 roues !

Idem pour ce qui est des pilotes et des badauds, on croise des jeunes, des anciens, des familles, des rockers, des hipsters, des blancs, des noirs, des hommes, des femmes ; bref, tout le monde s’y sent apparemment le bienvenu, et ça aussi c’est bien cool, preuve que nous ne sommes pas sur un évènement élitiste. En résumé, ce « Classic Sprint » est un vrai inventaire à la Prévert du monde motocycliste.

Et il y a là de quoi ravir tous vos sens : l’ouïe, avec le son de ces moteurs rugissants ; la vue, avec le défilé de machines qui pour certaines nous font carrément rêver ; l’odorat, si vous êtes accrocs au parfum de la gomme brûlée, les burns sur la ligne de départ faisant office de tour de chauffe ; et le goût, avec la buvette et les food-trucks présents et qui ne demandent qu’à vous restaurer. Il manque le toucher ? Alors là je vous laisse la responsabilité de vos actes, mais sachant comme c’est simple rien ne vous empêche de participer !

Si vous préférez rester spectateurs, il ne vous en coûtera que 05,00 EUR à l’entrée. Là, en fonction de la bécane que vous avez, on vous indiquera le parking jouxtant la guérite, ou, si elle a de l’attrait, qu’elle est ancienne et/ou customisée, celui à l’intérieur qui à lui seul constitue une expo. Fracture de la rétine assurée ! La coutume veut que ce genre de manifestation offre presque autant de spectacle sur « scène » et dans les « coulisses », et les évènements organisés par le 70’s Cycle Run ne font pas exception à cette règle. Je crois qu’une autre dit même que si tu n’as pas été au « Classic Sprint » avant tes 50 ans, tu as raté ta vie… Au plaisir de s’y rencontrer !

A propos de Enzo :

Enzo Rhode-Hagen, fils illégitime d'Enzo Ferrari et de Nina Hagen, Canned Heat lui a dédié une chanson. Il avoue un fétichisme pour les carénages et les valises, roule sur une moto stock, et ne sait rien faire de ses 10 doigts... C'est à se demander ce qu'il fout ici ! Mais il a la passion et fréquente pas mal de meetings, comme en témoigne sa page Street Corner Adventures.

3 articles publiés par cet auteur

3 commentaires

Ajouter un commentaire
  1. A propos de Gilles...

    Un bain de jouvence, superbes photos, j’avais un grand sourire à la fin du diaporama et même quelques larmes de bonheur.
    Merci, merci.

Un avis, une question, une réaction ?