Annonce

Stickers Deluxe
Stickers & apparel, finest quality...
Un dustbin fairing inquiétant croisé au salon Moto Légende

Moto Légende 2011 : on y est allé, et on ne l’a pas regretté…

C’était samedi dernier, je devais descendre sur Paris avec mon pote Jibé, pour y récupérer sa nouvelle monture chez Brooklands Classic, et nous avions alors décidé d’en profiter pour passer l’après-midi au salon Moto Légende.

Je n’irais pas jusqu’à vous dire que c’était la manifestation de l’année, mais nous avons quand même bien apprécié notre petite excursion, et ce dès notre arrivée sur le parking, où déjà quelques sympathiques machines nous attendaient.

Il y avait notamment, cette minuscule mais néanmoins charmante Yamaha SR 125, largement modifiée, et correspondant bien à la tendance actuelle.

Une Yamaha SR 125 largement customisée.

Passés l’entrée, et l’étroit couloir bondé de la première partie de l’exposition, c’est sur le stand de Triumph que nous sommes d’abord tombés, en pénétrant dans le grand pavillon.

Celui-ci était l’un des plus spacieux et mieux fournis de tout le salon, présentant de nombreux customs, en provenance de concessions éparpillées aux quatre coins du pays, et que la maison mère avait eu la bonne idée de réunir pour l’occasion.

On pouvait entre autres y apercevoir :

  • Une Thruxton, à la carrosserie d’un vert acide, qui tranchait fortement avec le noir satiné de ses parties cycle et mécanique ;

Une Triumph Thruxton recouverte d'un vert acide.

  • Une Bonneville Black, semblant avoir emprunté ses roues à un bobber, tant on a pas l’habitude de voir ce combo de jantes rouges et de pneus à flancs blancs sur ce genre de préparation ;

Une Triumph Bonneville Black à jantes rouges et pneus à flancs blancs.

  • Une autre Thruxton, d’un orange plutôt voyant, et surtout largement upgradée, avec notamment un échappement original et racé ;

Une Triumph Thruxton largement upgradée, et équipée d'un échappement original et racé.

  • Une Bonneville T100, intégralement recouverte de simili-cuir marron, une personnalisation relativement kitch, mais superbement réalisée ;

Une Triumph Bonneville T100 toute de cuir vêtue.

  • Une Scrambler, dont l’Union Jack occupant le réservoir, semblait comme dessiné à la craie sur un tableau noir ;

Une Triumph Scrambler au réservoir peint comme à la craie sur un tableau noir.

  • Et une dernière Thruxton, dont le style plus classique, avec son indémodable peinture noire rehaussée de liserés dorés, nous a plutôt séduis.

Une Triumph Thruxton à la robe noire, rehaussée de liserés dorés.

Plus loin dans ce même bâtiment, c’est une autre néo-rétro, plutôt radicale, qui nous a stoppé net dans notre élan.

Sur le stand de Raspo Concept, trônait un impressionnant tracker en cours de réalisation, sur base de Ducati Sport Classic.

Ont-ils été inspirés par la récente expérience de Roland Sands avec une Desmosedici ?

Aucune idée, mais la ligne générale de cette machine nous a en tout cas enchanté.

Une Ducati Sport Classic, transformée en tracker radical.

D’autres préparations aux allures plus connues, pour qui fréquente les bons forums, comme celui du Fat Club par exemple, étaient également visibles :

Une Honda CX 400, transformée en cruiser.

  • Ou encore, celui de cette autre Honda CX, très certainement inspirée de celle créée par JNCK il y a quelques années de cela, et qui s’est vue, par la suite, confiée aux Wrenchmonkees par son nouveau propriétaire, pour bénéficier d’une refonte globale, sans réel impact sur sa ligne générale, mais lui conférant un vrai gain en terme de finition.

Une Honda CX 500 largement modifiée, dans un style cafe-racer.

Ailleurs, des bécanes moins familières se sont aussi présentées à nous.

Ce fut le cas, entre autres, de cette originale Honda CB Four, dont la carrosserie semblait reprendre les lignes de la mythique Triumph Hurricane.

Une Honda CB Four, à la carrosserie inspirée des Triumph Hurricane.

Si beaucoup d’entre elles étaient plus ou moins modifiées, on pouvait également retrouver, sur ce salon, quelques machines de collection en parfait état d’origine, comme cette superbe Honda GB 500 par exemple.

Une Honda GB 500, en parfait état d'origine.

Il y avait bien aussi quelques bobbers vintage à admirer, dont cette Harley-Davidson Flathead dépouillée.

Une Harley-Davidson Flathead bobber, préparée comme pour courir sur un lac salé.

Et, bien évidemment, quelques bitzas également, comme cette Tribsa numérotée par exemple, née du mariage d’un moteur de Triumph et d’un cadre de BSA.

Une Tribsa, née du mariage d'un moteur de Triumph et d'un cadre de BSA.

De même, on y croisait bien sûr toutes sortes de moto de compétition, aux palmarès plus ou moins impressionnants, mais celle-ci, avec son carénage menaçant, devait bien être la plus intimidante, lorsqu’on l’apercevait dans son rétro, pour ceux qui en étaient en tout cas équipés.

Un dustbin fairing à la peinture plutôt intimidante.

Plus loin, au hasard d’une allée, nous sommes tombés nez à nez avec cet adorable chopper pour enfant, apparemment propulsé par un petit bloc Morini.

Un mini chopper pour enfant, propulsé par un bloc Morini.

Mais, sur le stand de l’association Air Huile, c’est bien un jouet pour adulte qui était en exposition, contrairement à ce que la caisse de cette Suzuki GSX-R 1100 de 1992 voudrait nous faire croire, en reprenant la forme bien connue de certains emballages de maquettes.

Une Suzuki GSX-R 1100 de 1992, mise en scène comme s'il s'agissait d'un jouet.

D’autres machines étaient également présentées dans leurs caisses, sur un stand consacré aux Harley-Davidson Aermacchi en l’occurrence, et ce, dans ce cas précis, pour mettre en évidence la différence entre une moto ayant parcouru moins d’un kilomètre, à sa sortie de l’usine…

Une Harley-Davidson Aermacchi raide de neuf.

Et une autre, en ayant soi-disant parcouru plus d’un million.

Une Harley-Davidson Aermacchi complètement rincée.

Mais, dans la zone en question, c’est tout de même plus ce petit tracker au premier plan, dépourvu de freins, comme à la grande époque, et à la déco originale, qui a retenu notre attention.

Un superbe tracker Harley-Davidson Aermacchi, dépourvu de freins, comme à la grande époque.

En définitive, et comme vous pouvez le constater, les machines dignes d’intérêt n’ont pas vraiment manqué à l’occasion de ce salon, et, si ces quelques photos que vous venez de voir vous ont plu, je ne peux que vous inviter à jeter un œil au diaporama ci-dessous, qui en propose près de cent vingt de plus, la moitié prises par moi-même, les autres amicalement fournies par Jibé.

Enjoy!

Cliquez ici si vous ne voyez pas apparaître le diaporama intégré.


Edit du 28 novembre 2011 :

Suite au commentaire de Mksim, j’ai découvert que cette Yamaha SR 125 custom, que nous avions eu le plaisir d’immortaliser sur le parking, était effectivement l’œuvre de Husz.

En conséquence, je l’ai ajoutée à notre album « best of » en cours.


Edit du 25 mars 2012 :

Je me rends compte que je ne vous ai pas parlé du stand de Restom, au moment de la mise en ligne de cet article, et ce bien qu’une drôle d’attraction y avait attiré notre attention, une machine bricolée pour répartir, de manière automatique, leurs résines et leurs produits de rénovation dans des réservoirs.

Un petit film valant 1000 explications, voici la courte vidéo que j’avais mise en boîte à l’époque :

Cliquez ici si vous ne voyez pas apparaître la vidéo en question.

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978, et motard depuis le berceau qu'aura été le panier de mes vieux, j'ai commencé à rouler de mes propres roues en Honda QR 50, et chevauche aujourd'hui une Kawasaki W650 qui ne demande qu'à être customisée. Encore une "bratstyle à deux balles" ? Web monkey de métier, amateur de bière et passionné de moto, autrefois brasseur de "Chicks and beers", désormais au guidon de "Un pneu dans la tombe", j'apporte ma modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

733 articles publiés par cet auteur

6 commentaires

Ajouter un commentaire
  1. A propos de Larry...

    Beau reportage, on regrette de ne pas y être allé.
    Et, sincèrement, je ne pensais pas que l’on pouvait faire quelque chose de bien avec une Honda CX 500.
    Ca me donne des idées.
    Merci.

Un avis, une question, une réaction ?