Sponsor

Gentlemen's Factory
Fringues et accessoires pour passionnés de belles mécaniques...
Une HD Shovelhead "Liberator" 1977, immortalisée chez Legend Motors...

Une HD Shovelhead « Liberator » 1977, immortalisée chez Legend Motors…

Dans le lot des belles bécanes qu’on a aimé voir passer chez (feu) Legend Motors, je vous propose de redécouvrir cette singulière HD Shovelhead « Liberator » 1977 !

Un petit mot sur la base, pour commencer. Le Shovel succède au Pan à partir de 1966, et sa carrière (aussi longue que mouvementée) s’étend jusqu’en 1984, année d’apparition de l’Evo et du remplacement de la fonte par l’alu. Dès sa sortie, ce nouveau big twin offre dix chevaux supplémentaires par rapport à la génération passée. Sur la version initiale, dite « Early Shovel », le bas moteur n’a apparemment pas encore évolué. Cela change à l’aube des 70’s. Et l’année de ma naissance (soit en 1978) la cylindrée passe finalement de 1200 à 1340 cm3. Par conséquent, c’est un exemplaire de la série intermédiaire que l’on observe ici, monté dans une partie cycle de type FLH (comprendre un cadre large doté de suspensions hydrauliques).

Cette extravagante déclinaison « Liberator », nous la devons à Craig Vetter, l’architecte des non moins insolites Triumph X-75 « Hurricane » et Kawasaki KZ 1000 « Mystery Ship » (entre autres). Sacrée époque ! L’histoire commence quand le designer appelle HD en 1973, pour leur demander s’ils auraient envie d’un gros carénage plug & play pour leur cruiser d’alors. La MoCo est partante, et lui livre rapidement une moto sur laquelle travailler. Peut-être ont-ils été encouragés par le succès de son fameux « Windjammer », lancé peu de temps auparavant, et que mon vieux lui-même avait installé sur sa quatre pattes attelée. A propos de paternel, celui de notre expert en fibre de verre a justement joué un rôle dans la création qui nous intéresse aujourd’hui…

« Mon père était chef d’équipage pendant la Seconde Guerre mondiale, sur un bombardier B-24 "Liberator". J’ai adoré cet avion, et c’est lui qui m’a inspiré ce nom pour cet imposant carénage. En 1976, Harley-Davidson en fit un produit de sa gamme officielle, et alla jusqu’à l’annoncer via un spot de pub à la télé ! Cette même année Elvis acquit la sienne, aujourd’hui toujours exposée à Graceland. En 1957, je l’avais en quelque sorte aidé à démarrer en achetant un exemplaire de son 45 tours "Heartbreak Hotel". J’aime croire qu’il a souhaité me rendre la pareille. »

Pour sûr cette Harley-Davidson Shovelhead « Liberator » sortait du lot. Sculpturale, suréquipée, ne serait-ce qu’en éclairage (avec quatre phares à l’avant et des rampes lumineuses à l’arrière), excentrique, même presque bling-bling, on pourrait penser qu’elle a été créée sur mesure pour le King. Notez les rajouts de chrome ici et là, jusqu’à l’espèce de sissy bar entourant l’espace dévolu au passager. Mais c’était aussi une moto confortable et pratique, avec son grand pare-brise abritant (outre le pilote et son éventuel sac de sable) d’énormes compartiments de rangement, ses valises latérales rigides, son top case optionnel… Voir sa CB ! A l’heure du déploiement de la funeste 5G, même pas certain que tout le monde sache encore de quoi je cause quand j’écris « cibi ».

Cette HD n’est pas seulement remarquable, elle est également assez rare. Et pour cause, cruel destin : la majorité des 5000 pièces fabriquées ont disparu dans un tragique incendie. La nuit du 26 janvier 77, un radiateur resté allumé met le feu aux cartons les plus proches. Deux bâtiments sont alors rapidement réduits en cendres, dont celui qui contenait les moules nécessaires à ce modèle qui avait la particularité d’être fixé au châssis (contrairement au « batwing » concurrent et solidaire de la fourche). Merde ! Il en reste un, raide neuf, exposé dans l’Ohio au Motorcycle Hall of Fame Museum (lequel conserve une part certaine du rêve américain) ; et quelques centaines d’autres, peut-être, plus en moins en circulation de par le monde…

Pour finir, l’un d’eux est brièvement apparu l’année passée dans le Vieux-Lille, assorti à la selle et aux sacoches blanches de cette Harley-Davidson Shovelhead rouge, dans un superbe état de conservation ; laissant à notre camarade David Coppieters le temps de capturer ces magnifiques images à la valeur presque historique. J’espère que vous prendrez autant de plaisir à les découvrir, que moi à les partager !

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978, et motard depuis le berceau qu'aura été le panier de mes vieux, j'ai commencé à rouler de mes propres roues en QR 50, et chevauche aujourd'hui une FZ 750 stock depuis ma séparation regrettable d'avec ma W650 custom. Web monkey de métier, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", j'apporte ma modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

687 articles publiés par cet auteur

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Un avis, une question, une réaction ?