Triumph Bobber Black : un p'tit hot rod venu d'Hinckley !

Triumph Bobber Black : un p’tit hot rod venu d’Hinckley !

Je poursuis mes essais de l’actuelle gamme « Modern Classics » en me penchant sur le cas de la Triumph Bobber Black… Alors, custom ou muscle bike ?

Jeudi 05 avril, j’ai rendez-vous chez Triumph Lille. Ce jour-là je suis sans gonzesse ni enfants, et Miss Météo Laurent Cabrol nous annonce un super temps. Je ne peux rêver soir plus parfait pour soumettre la Triumph Bobber Black à un essai ! C’est donc le sourire aux lèvres que je me pointe avec mes papiers, pour emprunter ce custom exclusif refusant les passagers, et que leur actuel twin 1200 se charge de propulser. Ca promet.

Dans cette cylindrée actuellement, la marque anglaise propose deux moteurs différents. Baptisés HP et HT, peu de choses les distinguent extérieurement. Mais ceux-ci équipent respectivement la Thruxton et la T120, et sont loin d’avoir tout en commun. Si le premier, dit « High Power », délivre pas loin de 100 poneys, le second, dit « High Torque », mise lui sur un couple plus bas placé. Concrètement ça donne un moulin bien vivant, à la puissance limitée mais nerveux à souhait. « A peine » 77 ch à 6100 tr/min, mais plus de 100 Nm dispos dès 3000 et jusqu’à 5000 tr/min. De quoi profiter de franches accélérations ! Sans forcément trahir excessivement les limitations…

En bleu, la courbe de couple de l’actuelle Triumph Bobber Black.
A comparer avec celles, en rouge et vert, de l’actuelle T120 et de l’ancienne Speedmaster.
Triumph Bobber Black - Courbe de couple.
Source : Motorcycle.com

En bleu, la courbe de puissance de l’actuelle Triumph Bobber Black.
A comparer avec celles, en rouge et vert, de l’actuelle T120 et de l’ancienne Speedmaster.
Triumph Bobber Black - Courbe de puissance.
Source : Motorcycle.com

Niveau partie cycle, on relève de beaux équipements, et notamment un double disque Brembo à l’avant. Pour autant, si le freinage est efficace il manque de mordant. Les gros pneus ballons, eux, ne nuisent pas à la maniabilité, cette machine faisant preuve d’une certaine vivacité. Mais si sa mise sur l’angle ne pose pas de difficulté, force est de constater qu’elle a un peu tendance à sous-virer. La faute sans doute à la géométrie et à l’empattement. Mieux vaut donc prendre ses marques tranquillement avant de visser dans le coin la poignée.

En somme, la Triumph Bobber Black n’incite pas à l’attaque. Sa mécanique ne manque pas de caractère, mais le reste n’est pas conçu pour jouer les racers. On préférera profiter d’un couple bien gras, enrouler et sentir ce gros twin vibrer. D’ailleurs, exit le réglementaire catalyseur, des pots US équipent mon exemplaire d’essai et offrent une sacrée sonorité ! Rageuse à l’accélération, explosive à la décélération… Voilà une musique qui me plaît, et contribue à me faire apprécier cette bécane décidément pas avare en sensations.

Pour le reste, perso je suis un peu partagé. La sobriété et la finition de l’ensemble méritent d’être soulignées. Mais la ligne générale en revanche ne parvient pas à pleinement m’emballer. C’est surtout la selle qui me rend circonspect. Ni spécialement belle, ni spécialement confortable, l’hommage à l’historique Speed Twin n’est pas franchement réussi, et impossible de partager à l’occase le plaisir ressenti avec ma chérie. Une selle plus fine et mieux dessinée est bien proposée. Mais avec sa plaque d’acier intégrée elle est parait-il un supplice pour le fessier. Et celTriumph Bobber Black : un p’tit hot rod venu d’Hinckley !a ne règle pas la question du passager.

Notez par contre que l’assise est placée assez bas, et que même un nabot comme moi (170 cm) pose aisément les deux pieds à plat. Les commandes médianes facilitent aussi la vie des petits gabarits. Non, mon dernier bémol visera le tableau de bord, surtout si on le compare aux faux Amal à l’admission, ce n’est pas vraiment raccord. Emprunté à la Street Twin, le compteur électronique me semble trop moderne, et les doubles instruments à aiguilles dont d’autres modèles bénéficient, dans la gamme « Modern Classics », auraient à mon humble avis été plus appropriés ici.

Quelle conclusion tirer de tout cela ?

Vous l’aurez compris, sur le plan esthétique je ne suis pas complètement conquis. Outre quelques détails un peu trop contemporains à mon regard sévère, comme le tableau de bord, ce qui me rend dubitatif c’est surtout le parti pris à l’arrière, qui cumule à mon sens deux torts : n’être pas spécialement beau, et interdire le duo. Mais si ceci n’est qu’un détail pour vous, alors le reste pourrait vous séduire beaucoup ! Car cette Triumph Bobber Black ne manque globalement pas d’arguments, et parmi eux son twin 1200 se hisse au premier plan.

Malgré les normes restrictives imposées actuellement, voilà une mécanique au caractère plus que convaincant, aux performances inattendues dans cette catégorie, que je supposais plutôt custom que muscle bike a priori. C’est pourtant un petit hot rod que nous propose ici Hinckley. Et si vous doutez de ça je n’ai qu’un conseil à vous donner : filez l’essayer ! Si votre porte-monnaie est suffisamment garni, vous pourriez craquer. Niveau confort ou polyvalence ce n’est probablement pas la meilleure bécane du marché, son usage restera sans doute limité… Mais question fun & frime, cette machine peut causer ! A vous maintenant de la tester, et de vous faire votre propre idée.

Edit du 04 mai 2018 :
Curieux au sujet de ce casque visible sur les photos ?
Je vous invite à lire ce compte-rendu d’essai récemment publié :
Full Moon : un nouveau casque intégral rétro signé Mârkö…

A propos de Susokary :

Ch'timi né en 1978, et motard depuis le berceau qu'aura été le panier de mes vieux, j'ai commencé à rouler de mes propres roues en QR 50, et chevauche aujourd'hui une FZ 750 stock depuis ma séparation regrettable d'avec ma W650 custom. Web monkey de métier, amateur de bière et passionné de moto, ex-brasseur de "Chicks and beers" maintenant au guidon de "Un pneu dans la tombe", j'apporte ma modeste pierre à l'édifice de quelques entreprises œuvrant dans l'univers motocycliste.

631 articles publiés par cet auteur

Un avis, une question, une réaction ?